Hôi An, la vieille ville

 

Hôi An :

Hôi An est une ville située dans la province de Quand Nam à trente kilomètres au sud de Da Nang sur la rivière Thu Bon.
La vieille ville a été inscrite au patrimoine mondial de l’unesco en 1999. Elle est à proximité de la mer, à moins de quatre kilomètres se trouve An Bang Beach, une jolie plage de sable blanc.
C’est là que nous avons décidé de loger, afin d’éviter le tumulte incessant d’un centre ville, dans une GuestHouse « An Bang Beach Dolphin Homestay  « que nous vous recommandons si vous allez visiter le Vietnam et plus précisément Hôi An qui vaut vraiment le détour.
À 200m de la plage, sur la place principale de An Bang, tout petit village.
Lorsque nous arrivons il  est moins de 6h du mat, l’hôtel est fermé, nous attendons devant le parvis.

La population se lève très tôt, et devant notre logement il y a un marché très local. Nous sommes au spectacle, tout le monde et debout est s’affaire, l’agitation bat son plein.

hôi An Vietnam

 

À partir de 9h, ils replient et rentrent chez eux. Nous nous installons et cette fois ci, vu l’heure matinale, nous prenons un scooter tout de suite. Nous allons tout de même commencer nos petits repérages à pied, les ruelles et le bord de mer, c’est paisible et très agréable, la plage est à perte de vue.
Quelques pêcheurs dans leurs embarcations, de drôles de bateaux ronds, des bateaux paniers. Ils sont utilisés par les marins du Vietnam pour la pêche côtière, surtout pour poser et relever les filets. Ils peuvent également servir aux transport des matériaux et également des promenades pour les touristes.

Le matériel de base qui compose le bateau panier est le bambou. Il faut de longues lattes de bambou, « 6 à 7m de long pour une largeur de 10cm. Il faut 10 à 50 bambous pour en confectionner une.

Une fois les lattes séchées et découpées, on les tresses ensembles. Un cerceau sera également confectionné afin d’encercler les nattes, en bambou lui aussi, mais plus rigide, jusqu’à former un cercle d’environ deux mètres. Le tout est badigeonné de résine pour le rendre imperméable. La dernière étape consiste à l’enduire de bouse de vache afin d’obstruer tous les trous à l’intérieur. Il va falloir quelques jours de séchage. Les couches de résine vont se succéder elles aussi, afin d’être sûr de l’étanchéité, et que ni l’eau, ni le sel ne le détériore. Nous trouvons que cela ressemble à une demie noix de coco géante. En dehors de son utilité de base, c’est devenu un incontournable du tourisme, faire une ballade en bateau panier, ainsi que les faire tournoyer sur eux même.
Pour notre part, nous avons contourner, l’incontournable, pas tenter par l’expérience. Nous avons pris du plaisir à les regarder manier leurs embarcations lors de la pèche.

Hôi An Vietnam

Virginie a décidé que ces cheveux tressés avaient suffisamment résisté et poussé, donc il  faut tout dé-tressés, sans compter qu’après la repousse en Thaïlande, elle a fait combler par des Dreadslocks. Ce n’était pas la meilleure des idées, nous avons passé des heures, juste pour tenter de défaire les noeuds. Deux choix, patience et souffrance ou tout couper.
Il nous aura fallu deux jours et un bon mal de crâne récurrent du même temps. Quelques cliques sur internet pour trouver un coiffeur assez fou et original, pour exhausser ces désirs. Le Vietnam est assez classique en matière de coiffure. Nous avons trouver la perle rare, le seul est l’unique à Hoî An « Tuan Boy Beauty Salon & Spa et de plus ravi de relever ce défi.

Résultat à la hauteur.

Tuan Xuan Le et Tuan Boy Beauty Salon & Spa Hôi An Vietnam

Dans l’après midi, nous sommes allés sur le centre dans le vieux Hoï An visiter une des nombreuses pagode.

Dans la foulée, direction le musée Precious Héritage, situé dans l’ancien quartier de Hoï An, il rassemble plus de 2OO photographies, ainsi qu’une trentaine de costumes traditionnels et des objets rares.
L’auteur de ces photographies est un Français « Réhahn », vivant sur Hoï An, il a sillonné pendant quelques années le Vietnam du nord au sud, photographiant ainsi un grands nombres de personnes de différentes minorités ethniques.
Elles sont juste à tomber par terre, authentiques, émouvantes, d’un réalisme touchant. Il y en a certainement que vous avez déjà vu, elles sont mondialement connus. Vous pouvez les découvrir via son site « Precious Héritage ».

Nous avons d’ailleurs mangé dans le restaurant du papa surnom « Papy Bouddha », où nous avons très bien mangé, des plats locaux, avec une valeur ajouté, tout est traduit en Français.
C’est un endroit prisé des Français, le nom du restaurant est « Enjoy ». Il était présent ce jour là, mais nous ne savions pas qui il était, nous n’avons pas osé questionner, tout en devinant qu’il était installé à une table voisine avec d’autres Français.

 
 
Virginie DreamsWorldTour & Pay Boudha Hôi An Vietnam

Mais comme dans la vie il n’y pas de hasard, le lendemain nous l’avons croisé devant chez lui à 4km à l’extérieur de la ville. Nous avions garé le scooter au milieu de jardins cultivés dont je vous parlerez plus tard. Nous marchions autour des jardins, nous nous étions un peu éloignés environ 800m, quand Virginie s’aperçoit que Seb a oublié son sac à dos. Il retourne le chercher, pendant ce temps Virginie l’attend sur place, et là, sort de chez lui une personne lui disant « bonjour! », se disant tient, un Français.
Papotant le temps que Seb revienne, et là apprend que c’est Papy Bouddha le papa de Réhahn le photographe.
Il vit là, il sortait de chez lui. Seb nous rejoint et nous discutons encore quelques minutes, il nous donne quelques conseils de lieu à voir sur place et dans le Vietnam en général car nous avons dans l’idée de faire une extension de visa. Nous le retrouverons le soir même à son restaurant.
Hoï An est un véritable coup de coeur, une ambiance spéciale qui donne envie de se caler ici pour toujours. La vieille ville s’éveille  au coucher du soleil, elle revêtit alors ses habits de fête et brille de milles couleurs. Des maisons aux façades jaunes de l’époque coloniale, une touche d’architecture Japonaise, Chinoise et Française, nous changeons d’époque instantanément, nous sommes transportés. Les rues sont envahies des bougainvilliers roses et blancs. Mais la touche romantique est apportée par des milliers de lanternes et lampions de toutes les formes et couleurs imaginables. Chaque boutiques, restos, maisons, arbres illuminent la ville lui confère une douceur intimiste et une atmosphère très particulière. Elle longe la rivière Thu Bon, où les embarcations stationnent dans l’attente de promeneurs romantiques, bien souvent en tenus traditionnels, pour immortaliser leurs venus. De vieilles dames vendent des lampions avec une petite bougie au centre, qui sont déposés sur la rivière. Un magnifique pont permet de passer d’une rive à l’autre. Bon, nous ne sommes pas les seuls à apprécier cette ville, surtout la nuit. Autant vous dire que les rues sont bondées, d’habitude c’est vite insupportable et invivable, mais là étrangement, l’ambiance tamisé et feutré, la foule n’est pas gênante. Les soirées se finissent très tôt à Hoï An, à 22h, les restos et boutiques doivent fermer.

Le lendemain nous prenons la direction de My Son, situé à 50km de la ville, cela promet une belle balade en scooter, et un bon mal au c..
My Son est un ancien temple Cham, construit entre le 4ème et 12ème siècle par les Champas, classé par l’Unesco en 1999, en même temps que la vielle ville d’Hoï An. Découverte par l’archéologue Henri Parmentier en 1898. Il est niché dans une végétation luxuriante, plusieurs sanctuaires sont à voir. Il a fait très chaud ce jour là, une chaleur très humide bien sur, nous étions trempés, comme si nous venions de prendre une douche habillé. Nous n’avons que très moyennement apprécié, l’état des différents temples sont assez proche de ruines. Normal vous me direz, vu le temps passé. Nous nous attendions à mieux, surtout après notre séjour à Angkor, a fait de nous des touristes grincheux et tatillons. C’est tellement incomparable dans l’état, la diversité, l’étendu. Nous ne regrettons en rien notre visite à My Son, mais juste un conseil commencer par celui là, avant de faire Angkor. Durant notre visite nous avons pu constater quelques cratères restants, les vestiges des bombardements Américains.

Aller hop, on grimpe sur notre scooter et c’est reparti, une quarantaine de km nous sépare de Marble Moutains « les Montagnes de Marbre », elles se trouvent à Danang.
Les Montagnes de Marbre sont 5 collines faites de marbre et de calcaire, elles représentent 5 éléments

Thuy Son « eau »
Moc Son « bois »
Hoa Son « feu »
Kim Son « métal »
Tho Son « terre »

Nous visiterons Thuy Son, la seule que l’on puisse visiter, elle est la plus grande des 5, mesurant 105m de haut. Elle possède plusieurs grottes ainsi que des pagodes datant du 17ème siècle. Il y a 156 marches pour accéder à la 1ère partie de la montagne ou prendre l’ascenseur.
Le point le plus haut est le Highest Peak, avec une vue imprenable sur Danang.
Am Phu, une grotte de 302m, les cavités abritent un nombre impressionnant de Stalactites et stalagmites.

Elles se trouve au pied de la montagne. Dans les croyances cette grotte est une représentation Bouddhiste de l’enfer et du purgatoire. Il y a donc 2 séries d’escaliers, un menant au ciel et l’autre vers l’enfer.
Nous resterons bien trois heures, sans avoir vu tous les coins et recoins, les horaires d’ouvertures n’étant pas tardives, du fait que la nuit commence à tomber avant 18h. Nous avons énormément apprécié, la ville elle même est vouée au marbre et sculture en tout genre, mais surtout la mythologie et Bouddha. Mais on trouve également énormément de bijoux en pierre.
Même si nous sommes admiratifs du travail effectué sur le marbre, pour notre part, nous trouvons le marbre très moche.
Il nous reste encore une vingtaine de km, pour rejoindre notre Hotel, nous décidons de suivre le bord de mer. Nous arriverons bien cuits, mais encore une très belle journée.
Nous levons tôt, très tôt le matin généralement aux alentours de 5h30, nous apprécions tous les deux le lever de soleil, ce matin nous profitons du petit marché local de An Bang, juste devant notre hôtel, au vu de la situation géographique, nous trouvons beaucoup de produits issus de la mer, mais également fruits, légumes, viande, et comme partout fringues, ustensiles et babioles en tout genre.
Nous allons faire un petit tour en bord de mer, nous profitons finalement assez peu de la mer. Nous nous y promenons, mais nous ne faisons jamais de bronzette, et prenons que des bains très furtifs, nous sommes beaucoup avides de nouvelles découvertes.

Diaporama Hôi An :

[smartslider3 slider=37]

Tra Qué Village :

Vers 7h, nous prenons le scooter pour nous rendre sur le village de Tra Qué, à 2km de chez nous.
Un tout petit village où la particularité est que les villageois possède un bout de jardin qu’ils cultivent. Ils sont tous regroupés, laissant apparaitre de nombreuses parcelles tenues au cordeau, pas une mauvaises herbes ne dépassent. Tous s’affairent, surtout à cette heure là, l’arrosage automatique et à l’arrosoir suivant la fragilité des plantations. Ce sont des potagers écologiques, où poussent fruits, légumes et de nombreux aromates. C’est un lieu frais , agréable, authentique.
Ils fournissent les meilleurs restaurants de la ville. Nous finirons notre séjour à Hoï An, par une virée en scooter sur l’île de Cam Kim. Accessible uniquement en deux roues, nous réalisons de ce que pouvez être le Vietnam rural, calme, paisible, sans klaxons ou presque, de toutes petites allés bétonnées ou en terre au milieu de la végétation. il y a parait il un bout du village occupé par des artisans locaux. Mais nous sommes le 2 septembre, une date importante pour le Vietnam.
Le 2 septembre 1945, Ho Chi Minh proclame L’indépendance du Vietnam. Nous ne le savions pas à ce moment, mais trouvant porte close, nous avons questionné, et compris que cette date est importante pour eux. Ils se retrouvent en famille et profitent de ce férié pour faire la fête. Au détour d’un chemin nous trouvons un restaurant flottant, bondé de locaux qui profitent de cette journée pour se retrouver et se baigner. Nous sommes accueillis comme des stars, cherchant pour nous une place à notre convenance. Ils nous invitent à nous baigner. Nous passerons deux bonnes heures dans un lieu hors du temps, un bon repas typiquement Vietnamien.
Il est temps pour nous de faire à nouveau nos bagages car demain, nous prenons notre bus pour rejoindre Hué.

Tra Qué Village Diaporama :

[smartslider3 slider=38]

Vidéo Hôi An Vietnam