Cambodge, Siem Reap

Nous sommes le 25 juillet, nous sommes en route pour Siem reap, un joli bus rouge sur deux niveaux nous attend.
Nous nʼavons pas de numéro attribué, nous décidons de monter au deuxième niveau, et de nous mettre tout au fond.
Visiblement une bonne idée car il nʼy aura personne tout au long du trajet, nous laissant un très bel espace pour nous allonger.
Il est bien loin dʼêtre rempli, les voyageurs sont tous ou presque des étrangers de nationalités diverses.
Environ trois heures ou quatre après, nous arrivons à la frontière coté Thaïlandais.
Enregistrement des passeports pour la sortie du territoire, nous avons perdu le petit papier dʼenregistrement du départ.
Du coup retour en arrière, nous en récupérons un autre, rempli à la va vite, et nous pouvons sortir de Thaïlande.
Nous nous retrouvons dans un espace de type no manʼs land, où ne sommes plus ni dans un pays et pas encore dans lʼautre.
Les accompagnateurs récupèrent passeports, photos dʼidentité et argent pour le visas, le tout devant un magasin sur une table à la sauvette.
Pour nous cʼest plus simple, nous avions fait des E visas avant, nous sommes juste dans lʼattente de la fin dʼenregistrement des dossiers des autres.
Nous finissons par suivre nos guides sur environ 300m, il va quand même réussir à nos gratter 400 baths, environ 10 Euros tout de même, pour ne pas attendre des heures, pour lʼobtention du passage au Cambodge.
Nous ne serons jamais pour qui et pourquoi ces billets en plus, mais oui cela sʼappelle un raquet semi légal.
Nous sommes tout de même chanceux, car avec ce système de bus direct, ce sont les accompagnateurs qui sʼoccupent de tout, pendant que nous attendons dans le bus au frais.
Lʼattente aura été de 30mn, au lieu de quelques heures dans la chaleur, si nous lʼavions fait par nous même.
Nous arriverons quelques heures plus tard, sur la place centrale de Siem Reap, juste à côté du vieux marché.
Notre hôtel nʼest pas à plus de 400m de là, et nous avons le trajet en tuk tuk prévu dans le billet de bus.
Nous voilà installés pour cinq nuit dans un hôtel plutôt agréable, cette fois ci grande chambre est une clim.
Nous avons même piscine, spa et un bassin avec des poissons qui te bouffent les pieds, au format XXL.
Une bonne nuit réparatrice, enfin presque, car nous étions en collocation avec des puces de lit.
Nous changerons de chambre peu après.
Ce matin, nous sommes en quête dʼun scooter électrique, car parait il, que nous nʼavons pas le droit de conduire au Cambodge ni le droit de faire Angkor en scooter à essence. Après une heure de recherche et de demande, et au vu du nombres de touristes sur des scooters à moteur. Nous décidons de tenter une location de scooter à moteur, cʼest très simple.

Le gars nous explique, que oui, nous pouvons être arrêtés par la police, et que cela nous coutera 5 dollars. Nous prenons le risque, sachant que nous nʼaurons aucun soucis pour rentrer sur le site dʼAngkor et que la circulation y est fluide. Nous réussissons a avoir des casques, pour une meilleure sécurité et plus de discrétion.

La journée scooter nous revient à 10 dollars, il y a moins cher, mais sans casques, et pas toujours réglo au moment de rendre les véhicules.
Par contre la circulation dans siem Reap, cʼest carrément la jungle, il faut avoir les yeux partout.
Nous filons sur notre bolide pour acheter notre pass 3 jours pour la cité, puis direction le site.
Le parc est immense et beaucoup de Cambodgiens vivent dans lʼenceinte, nous sommes au milieu dʼune forêt ou jungle assez dense avec une route principale en bon état.

 

Il est très simple de circuler, cʼest une grande boucle dʼenviron 20 à 30kms, cʼest paisible, hormis à lʼapproche des temples. Nombres de gargotes, tuk tuk, vendeurs ambulants sʼagglutinent au abord des lieux prisés des touristes.
Les mots manquent à lʼapproche de ces monuments, dʼune histoire si riche et si lointaine. De plus nous commençons
par Angkor Wat, un des plus vastes, des mieux conservés et des mieux entretenus.
Nous ne nous lassons pas de déambuler au milieu des vestiges, où bien souvent la nature a repris ses droits.
Au fil du temps les pierres se sont assombries pour la plupart, et pour diverses raisons. Ce coté sombre des temples au milieu du vert de la jungle, de la mousse vous transporte et donne une âme au lieu avec une ambiance un peu mystique.
Nous ne savons pas comment on ne peut pas adorer cette ambiance, les temples, le décor, et lʼhistoire de ce pays.
Pour notre plus grand bonheur, nous sommes autorisés à fouler du pied, à toucher, à sʼempreignier des odeurs.

Merci au Cambodge dʼavoir partager votre histoire avec nous.

Nous aurons mis 2 jours en scooter pour visiter le site. Le 3ème jour, nous avions décidé de louer un Tuk-tuk, que nous avions réservé pour 5h30, dans le but de faire des photos du lever de soleil sur Angkor Wat. Mais également étendre notre visite sur les temples Roluos, situé à environ 15km à l’est de Siem Reap, ainsi que le Banteay Srei plus Chong Khneas, le village flottant le plus proche de Siem Reap. Pendant la saison des pluies, le village est submergé, maisons, magasins, écoles, se balancent sur lʼeau.

Notre 1er chauffeur est bien venu nous chercher à lʼhôtel pour nous amener sur Angkor, nous avons bien senti que notre trajet ne lui convenait pas. Résultat, au départ dʼAngkor plus personne, nous lʼavons cherché pendant 45mn, pour finalement solliciter un autre chauffeur.

 

 

Nous ne regrettons pas notre circuit, juste fabuleux, certes beaucoup de km en tuk-tuk, mais cʼest tellement agréable, les paysages et la vie des locaux au fil des heures, au rythme de notre chauffeur, qui ne roulait vraiment pas vite, pour notre plus grand plaisir.
Heureusement nous nʼavions rien donné au 1er chauffeur, nous lʼavions en lien sur Facebook, mais pas de réseau pour le joindre au moment ou nous le cherchions. Lui, nous a joint genre à 13h30, pour nous dire quʼil nous attendait toujours sur le parking, alors quʼil savait que nous restions là, uniquement pour faire le lever de soleil.
Il était 6h et nous avons fini à 7h. Nous pensons que la course ne lui convenait pas, quʼil est parti, mais quʼil tente de nous mettre le doute afin de gratter trois ronds.
Nous avons rencontré un 2ème petit soucis, après avoir fait voler le drone à lʼextérieur des temples, pour avoir des images de lʼensemble. Aucuns soucis jusquʼau 3ème vol.
Cʼest à ce moment là que nous sommes assaillis par pas moins de huit personnes , qui nous demandent de ne pas bouger,
ils prennent Seb en photo avec son drone. Il téléphone à la sécurité, nous attendons 10 mn, pour enfin voir arriver une jeune femme, qui nous explique que nous sommes en infraction. Elle nous montre sur le dos de nos tickets, que les vidéos de drone dans les temples sont interdites à usage commercial .
Nous nous excusons, nous lui montrons les vidéos, pour quʼelle voit que nous ne sommes pas dans lʼenceinte mais à lʼextérieur, et nous lui expliquons que nous ne faisons pas de commerce, juste quelques souvenirs de vacances.
Nous la jouons très humble, nous effaçons nos vidéos sur le téléphone à sa demande, nous nous excusons sans cesse en faisant profil bas.
Elle finira par prendre le nom prénom et l’âge de Seb, sans nous demander ni argent, ni établir un rapport, ni de nous présenter nul part. Elle nous laisse partir sur notre scooter, visiblement pas dans le désir de nous chercher des ennuis.
Je pense que nous nous en sortons très bien, ils ont tout le pouvoir, et nous juste celui de nous faire le plus petit possible. Soulagés, et pas mécontents de repartir sans plus de soucis, dʼautant que nos vidéos sont sauvegardés sur la carte mémoire du drone.

Sur Siem Reap, nous rencontrons beaucoup dʼexpats, Quatre sont associés sur quelques boulangeries pâtisseries dans la ville, juste à côté de notre hôtel. Des moments furtifs dʼéchanges sur les ressentis de chacun et le pourquoi se poser ici. De belles rencontres. Nous avons également rencontré Rémi installé ici depuis un peu plus de 3 ans, Nous avons été mis en lien par Laurence une amie en commun sur facebook. Du coup nous avons bu un coup ensemble. Vous savez quoi, il est photographe, anciennement Gardannais, bossant pour la mairie de Gardanne.
Pas mal de point en commun, pour une si grande distance. De plus une très belle personne, une de celle que lʼon souhaiterait connaitre un peu plus. Même si nous ne venons pas ici pour rencontrer des Français, il est très agréable de connaitre leurs histoires, et comment tout redémarrer à lʼautre bout du monde.
Nous avons passé une super soirée à discuter.
Le lendemain nous avions prévu de visiter une plantation qui a pour but dʼélever des vers à soie, et tout le cheminement jusquʼà la fabrication de vêtements.
Mais nous avions besoin de repos, ces 3 jours à visiter les temples nous ont épuisés, de plus comme vous pouvez le constater nous avons pris du retard, et nous devons également nous concentrer sur la suite de notre périple au Cambodge.

Où dormir pas cher ? Ce quʼil intéressant dʼy faire ? Comment y aller? Pour la ville nous savions déjà où aller.
Nous avions décidé de nous rendre à Battambang situé au sud ouest du lac Tonle Sap, nous optons pour un voyage en bateau.
Ce nʼest ni le moins cher, ni le plus court, ni même le plus confortable. Le trajet doit durer environ 6 heures, un mini bus est inclus dans le billet, il arrivera à lʼhôtel pour notre transfert avec au moins une heure de retard, et plein comme un oeuf.

[smartslider3 slider=23]