De Siem Reap à Battambang : 

Pour la suite de notre voyage au Cambodge nous avions décidé de nous rendre à Battambang qui est situé au sud ouest du lac Tonle Sap, nous optons pour un voyage en bateau.
Ce nʼest ni le moins cher, ni le plus court, ni même le plus confortable.
Le trajet doit durer environ 6 heures, un mini bus est inclus dans le billet, il arrivera à lʼhôtel pour notre transfert avec au moins une heure de retard, et plein comme un oeuf.
Arrivés sur le bateau, nous nous installons sur des bancs en bois, il semble quʼil ne soit pas plein. Au fil du temps nous finirons par être bondés.

Nous pensons que la capacité est dʼenviron 20 à 25 personnes, nous sommes au final bien 35, plus les bagages, plus des marchandises déposées au cours du voyage.
Nous sommes partis finalement à 8h30 au lieu de 7h30, pour arriver vers 17h, au lieu de 14h30.
Nous avons la possibilité de monter sur la plateforme du bateau afin de profiter du paysage.
Mais le soleil est mordant, nous ne pouvons rester uniquement de petits moments, sous peine de dessécher, et ce au bon vouloir du chauffeur, qui nʼest pas toujours dʼaccord pour que nous montions sur le haut de lʼembarcation, aussi agréable quʼune porte de prison.
Le bateau avance à vive allure, mais ralentissant très souvent soit parce quʼil croise dʼautres petites pirogues, et évitant ainsi de les faire chavirer, soit parce que nous traversons un village flottant, et il y en a beaucoup, pour notre plus grand plaisir, soit parce que le parcours est sinueux, soit parce que lʼhélice est obstruée de nénuphars, et pour finir nous embarquons régulièrement des personnes ou colis arrivant par des barques au milieu du canal.

Un vrai bonheur que dʼavoir choisi se mode de transport, nous sommes au milieu de la vie quotidienne de ces nomades.
Toutes ces maisons flottantes se déplacent, au gré des saisons ou pour toutes autres raisons. Nous en croisons au moins une bonne dizaine, qui changent de lieu, parfois ce sont dʼimmenses restaurants, comparable à des convois exceptionnels sur route.
Chacun tente de se coller à la berge pour pouvoir poursuivre son chemin.
À notre passage, les enfants crient, agitent leurs mains, envoient des bisous, sautent de la berge, pour faire le show.
Même les adultes sont très souriant et chaleureux.

 

Vers midi, nous nous arrêtons, au niveau dʼun market flottant, afin que chacun puisse, si il le souhaite, manger, boire, ou comme nous, nous dégourdir un peu les jambes.
Ayant fait des courses la veille, ne sachant pas si il y avait un arrêt prévu, donc pas dʼachats utiles pour nous.
Honnêtement, nous aurions souhaité rester encore des heures, tellement cette expérience est unique et authentique, on ne se lasse pas, aussi inconfortable soit le transport.
Nous vous recommandons de vivre cette expérience au rythme de lʼeau, des paysages, et surtout de la vie de ces villageois et de leurs quotidiens, sans aucunes pudeurs ou gênent.

 

Battambang

Nous voilà à Battambang, après 8 bonnes heures de navigation.
Cette ville est la 2ème du Cambodge et également la province dont elle est le chef lieu. Cʼest ici que lʼon constitue le plus gros des récoltes de riz du pays.
Nous avons choisi cette ville, non pas pour son charme, dʼailleurs cʼest plutôt très moche et très sale, mais pour la campagne qui semble être verdoyante et à perte de vue.

La 1ère matinée sera consacrée à un cours de cuisine Kmer, au Nary kitchen, à coté du central market.

Nous sommes attendus à 8h45, pour faire le marché qui nous servira à lʼélaboration de nos plats.
Nous déambulons de marchands en marchands qui sont placés par catégories. Nous commençons par les fruits, légumes et épices. Nous achetons des tiges de citronnelle fraîche, de la bergamote, du gingembre.
Nous sommes avec notre guide et cuisinier, qui profite pour nous montrer, tous ce qui se vend sur le marché.

 

 

La plupart des marchands ont des petits tabourets qui permettent de déjeuner sur place. Nous allons ensuite vers les poissons divers, où lʼon trouve également des escargots dʼeau format XXL, serpents, anguilles, crabes, grenouilles à qui ont retire la peau et les viscères vivantes.

 

Il y en a une qui a fait son dernier saut juste devant mes pieds à moitié dépecés. Nous nʼachèterons pas ni la viande, ni le poisson serpent dont nous avons besoin pour notre recette. Le cuisinier sera venu à lʼouverture à 6h, pour des questions de fraîcheur car il nʼy pas de frigo, et les températures à lʼheure où nous y sommes sont déjà très élevées.

Nous achetons également des oeufs frais de poule, nous le précisons, car au Cambodge ils raffolent dʼoeufs de cannes fécondés de trois semaines, des foetus.
Nous ne sommes pas tentés. Nous finissons par le lait de coco, pressé sur place, obtenu par la pulpe de la noix.

Nous rentrons au restaurant, afin de préparer notre déjeuner.

Nary Kitchen : Le cours de cuisine Kmer

1er plat: Amok au poisson
2éme plat: Rouleaux de printemps frits
3éme plat: Boeuf lok lak
4éme plat: Tapioca au lait de coco et la banane.

Nous vous mettrons en pièces jointes pour ceux qui le désirent les recettes ainsi que les étapes, les ingrédients, les photos et vidéos, un vrai reportage de cette matinée cuisine.

 » Pensez juste à le demander en nous contactant. « 

Vous nʼaurez pas contre ni les saveurs, ni les odeurs, ni le goût.
Ce que nous pouvons vous dire, ce fut un pur régal, et une excellente matinée.
Nous avions prévu de louer les scooters en début dʼaprem, mais la chaleur et lʼenvie de nous reposer un peu, ont eu
le dessus, dʼautant que Seb est un peu barbouiller. Nous nous décidons vers 16h30, de rechercher un scooter, fort de notre expérience sur Siem Reap, où nous trouvions des locations tout les 10m. Ici, cʼest beaucoup plus compliqué, après avoir arpenté les rues de long en large, et à force de demander, une dame cliente dʼun magasin, rejoint son mari dans sa voiture, nous course à contre sens dans la rue, toujours en voiture, et ainsi nous accompagner jusquʼà la devanture de la boutique.
Une attention qui nous a touchée. Il nʼest pas loin de de 18H00, quand finalement nous chevauchons notre bolide. Nous décidons de nous rendre à la Bath Cave, lʼenvol des chauves souris se fait à la tombée de la nuit, nous prenons le risque dʼy aller bien quʼil est écrit dans les différents blogs consultés, quʼil faut sʼy rendre vers 17h30.
Nous sommes à 15kms du lieu, nous apercevons au loin des nuées de chauves souris sortant de la grotte.

Quelle chance, cʼest un défilé sans fin, des dizaines de milliers de chauves souris sʼapprêtent à chasser, il fait encore assez jour pour profiter pleinement du spectacle. Nous nʼaurions pas eu cette chance le lendemain car nous devons rendre le scooter à 17h00.
Nous nous arrêtons en chemin pour dîner, dans une petite gargote en bord de rive. Le repas nous coutera 7 dollars, avec un shake
à la mangue, un coca, une bière, plus un plat chacun. Petite anecdote, pour avoir une idée des ratios prix, France Cambodge, nous sommes malheureusement fumeurs. Le prix dʼune cartouche de camel nous revient ici à 5 dollars, environ 4 Euros 25.
Cʼest sur, ça nʼaide pas à sʼarrêter. Même nos nuits à lʼhôtel, certes sans grand confort, mais tout de même une chambre double, avec ventilateur, sanitaire, télé (on sʼen fout), et frigo, nous revient en moyenne 5 dollars. Un scooter cʼest 7 dollars/ jour.
Les transports sont un peu plus chers, mais nous faisons le choix, de prendre des compagnies réputés. Le mini van qui va nous conduire de Battambang à Phnom Penh, environ 300 km + ou – 6h00, puis direction Sihanoukville, environ 230 km + ou – 4h, car il nʼy a pas de direct pour Sihanoukville.
Nous aurons au moins 1h dʼattente entre les deux villes, avec un changement de bus et dans lʼattente de faire le plein de clients. Le prix total pour deux est de 48 dollars, confort, clim et wifi, certes un peu cher, mais lʼassurance de voyager de façon sur et confortable. Cʼest la partie transport qui nous revient le plus cher, mais rien de comparable avec la France.

École des arts " Phare Ponleu Selpak " :

Notre seconde journée à scooter, nous a amené à visiter une école Phare Ponleu Selpak qui veut dire la lumière des arts.

 

Créée en 1994 par de jeunes Cambodgiens revenus dans leur pays après avoir passé leur enfance dans des camps de réfugiés à la frontière de la Thaïlande.
Le but étant de reconstruire leur pays suite au conflit. Ils ont donc crée une organisation non gouvernementale pour venir en aide aux enfants en difficulté marqué par des traumatismes, la pauvreté et les abus. Le but étant de les réintégrer à la société par le biais de cours dʼarts visuels, dʼarts de la scène.
Nous avons rencontré des enfants à partir de trois ans jusquʼà lʼâge adulte. Nous les avons vu évolué dans de nombreux domaines: graphisme, animation 2D, dessin, photographie, vidéo, sculpture, design, multimédia, cirque, théâtre , danse, musique, mais elle enseigne également les matières plus classique, ainsi que lʼanglais et le français.
Il y règne une ambiance joyeuse, détendue, mais néanmoins sérieuse , une très belle initiative. Nous avons été reçu pendant prés dʼune heure, nous avons baladé dʼatelier en atelier avec les explications dʼune personne adorable et visiblement très impliqué. Je vous avouerai que nous nʼavons pas tout les détails des explications, vu quʼil ne parlait que Anglais.
Si cala vous intéresse et pour plus de détails voici le lien du site www.phareps.org
Vous pouvez également les suivre sur les réseaux sociaux, en recherchant Phare Ponleu Selpak.

 
 

Et si on faisait du tourisme :

Le reste de la journée fut plus compliqué, nous avions prévu de visiter un village au milieu des rizières, nous suivions Maps. me, nous avons fini à 50 km du point de départ, loin du lieu indiqué.
La géolocalisation nous a envoyé en sens inverse. 50 km sur un scooter cʼest très long, surtout quand les routes sont défoncées et quʼil nʼexiste pour ainsi dire pas de code de la route.
Pour éviter de nous perdre davantage nous avons rebroussé chemin, notre transit intestinal nʼétant pas au mieux ces deux derniers jours.
Nous avons rendu le scooter, et nous nous sommes promenés à pied.
Billets de bus en poche, et lʼagence nʼétant pas loin de notre hôtel, le chauffeur vient nous récupérer devant la porte de lʼétablissement où nous logeons. 

Direction Sihanoukville.

 

[smartslider3 slider=26]